Des poèmes

 

 

Aphanodinte

La vie me sourit et pourtant je me sens las,
Je suis si près d'elle, elle parait loin de moi,
Et mon coeur heureux ne ressent plus cette joie,
Cet amour qu'il a, il en a souffert déjà.
 
Je n'aime qu'elle, même dans mon long sommeil,
Elle me parle, son beau sourire me charme,
Et mon coeur comblé voudrait redevenir calme
Mais il est chaud d'elle, il s'en consume pareil.

Je la regarde, je me sens désemparé,
Je suis perturbé, m'a-t-elle déjà aimé ?
Non, je ne suis rien, pas même un simple ami.

Et mon coeur perdu, il se noye de milles larmes,
Il y renonce pour mieux devenir une arme,
Pour mieux se venger de tous les maux qui l'ennuient.